Home  I CSO StoreContact 

CSO Radio - Reviews/Features - Indie Artist Spotlight - Interviews - Artist Sites - Links

An Interview with Jett Williams
By CSO French Contributing Journalist, Hélène Dagorn.

Interview en Francais 

HD : How does that make you feel when you perform songs of your father ?

JT : When I do my dad’s music, it makes me so proud. One, to do it as a daughter but two, to do it also for the fans. But also to keep the music alive in the USA and in Europe. A whole generation has the opportunity to listen to this music. They say " Hey I like it, who wrote it ?". Specially with the Internet they research who is Hank Williams. But as a daughter I am very proud to be able to go on stage and share his music with the world.

HD : When did you start singing ?

JT : I can’t remember not singing. It’s something I did without even thinking about it, already when I was two years old. I turned professional because of these legal problems. I had to go straight and moved on because you need to give 150% specially in music business. You’ve got to give everything you’ve got. I got into the business a litter later in life but what it’s important, it’s that I got into the business.

HD : Are you a songwriter ?

JT : I don’t write as much as I should but I do write songs. When I was twelve years old I was already writing songs.

HD : How does that effect your music to be Hank’s daughter ?

JT : What I love is traditional Country Music but to be Hank’s daughter doesn’t effect that much my music. The music of my father that effects me the most called "Luke The Drifter". Lots of these songs are Gospel and Recitations, some of them are funny, some of them are sad, some of them are masterpieces. The influence on me is more " Luke The Drifter" side than the commercial side of Hank Williams.

HD : How do you celebrate New Year’s Eve, because your father died on New Year’s Eve ?

JT : The official date of death is January 1st 1953 but now we don’t know if he died before midnight or after, and I was born 5 days later.

Usually I go on to the Grand Ole Opry close as the New Year’s Eve as possible. Usually my New Year’s Eve is quiet but we had a huge party, and we brought the microphone out at midnight, with Champaign on hands, we did a New Year’s Eve toast and everybody said " I saw the light at midnight" to celebrate his memory.

HD Which is your favorite track on your last album " You Are On My Lonely Mind " ?

JT : My favorite track is " A Dozen Red Roses". The reason : My father died before I was born but he signed legal papers to say: "I am your dad and I want you". In this song, it’s about a girl getting married, she is ready to go down the hall and a dozen roses shows up, and there is a card. She doesn’t know if she opens the card and read it or if she goes ahead and get married. But she can’t resist, she opens that card and the card was from her father and he is dead, he knew he was gone died so he wrote a card to give to her mother, to send with a dozen roses on the day she get married. And the card said: "Just take one of those roses and I’ll always be with you".

HD : You have toured in Europe, what do you think about Country Music in Europe ?

JT : I love Country Music in Europe and I love the people that love Country Music in Europe. The best export America got is Country Music. People in Europe got the line dances, they love the music. It’s traditional Country Music over there, it’s not today’s Country Music. I thought Europe was behind the US on music but that’s not the case at all. Europe is right up with us. They got cable TV, they had CMT but they want to hear Hank Williams, Patsy Cline and they know them.

People go out to hear music, they left their house to have a good time. It’s pretty much the same everywhere, in Europe and in the US. That what entertainment is.

HD : Do you think to come back in Europe ?

JT : Yes, we hope to go back to Norway and Denmark

HD : What do you prefer to do in your business ?

JT : Sing ! Actually one thing I love is meeting people whether here in the US or in Japan, in Europe. I got to meet a lot of close friends. Specially with the Internet, it’s great for communications because you can meet people and you can email them and stay in touch. I love to go to some places like Carcassonne in France as well as being able to sing.

HD : What the word "Country" means to you ?

JT : "Country" means real. It’s real love, real life, real hurt. It’s to be real.

HD : What has been your favorite gig so far ?

JT : The first time I was at the Grand Ole Opry, in 1993. And to me that’s Country Music, to see George Jones, Willie Nelson coming on, and tell me, your dad was my hero. I sang with Loretta Lynn "Cole Mine Daughters". To be able to walk on that stage, that’s my country memory.

HD : If you could meet your father, what would you like to say to him ?

JT : I love you, simply I love you. And also to thank him, because what he did, he did for an unborn child and it didn’t matter whether it’s a boy or a girl. He said this is my baby and I want my baby. He signed the legal papers. We have a connection, he did something for me and I love him very deeply.

HD : What would you like to do with him ?

JT : Go fishing ! We could sing together also, we could sing on a boat !

I’d rather do something real with him.

HD : What is your personal philosophy ?

JT : Give everything you’ve got and live life to the fullest. You have only one shot, I don’t want to miss anything. I never want to grow old, sit down and say if I have done this or this or what if....

HD : Do you think one of your dad’s song could influence the public opinion ?

JT : Absolutely, it doesn’t matter who you are, I don’t care if you are French, American, Japanese, male or female. You are a human being and your heart breaks just like mine. Music can make people happy. Music is a universal language. Hank Williams music makes some memories.

HD : What kind of audiences do you have ?

JT : I have Hank’s fans, Jett’s fans, Williams family’s fans. I don’t have a lot of curious like I used to have in the past. I have the family crowd.

HD : What would like to do in your life that you have never done ?

JT : I don’t know because some of the small things are as much important as the big things. I’m very fortunate and I hope there is a lot of bunch left to do !.

Thank you Jett.

Hélène Dagorn 


Jett Williams Interview en Francais

HD : Que ressentez-vous lorsque vous chantez une chanson de votre père Hank Williams ?

JT : Cela me rends très fière de chanter en tant que fille de Hank Williams et aussi pour les fans. Mais également pour perpétuer cette musique aux USA et en Europe. Une génération entière a l’opportunité d’écouter cette musique. Et maintenant avec Internet, les fans recherchent qui est Hank Williams. Je suis très fière de monter sur scène et de partager sa musique avec le monde.

HD : Quand avez-vous commencé à chanter ?

JT : Je ne me souviens pas ne pas chanter. Je le faisais même sans y penser, déjà quand j’avais deux ans. Je suis passée professionnelle à cause de ces problèmes légaux. Je devais foncer, avancer car tu dois te donner à 150% surtout dans ce métier. Je suis arrivée dans ce métier un peu tard mais ce qui compte c’est que je suis là.

HD : Etes-vous compositrice ?

JT : Je n’écris pas autant que je le devrais. Quand j’avais 12 ans, j’écrivais déjà des chansons.

HD : Etre la fille de Hank Williams affecte-t-il votre musique ?

JT : Ce que j’aime c’est la musique country traditionnelle mais être la fille de Hank Williams n’affecte pas tant que cela ma musique. Ce qui m’a le plus touché dans la musique de mon père, c’est « Luke The Drifter » . Beaucoup de chansons sont Gospel ou ce sont des récitations. Certaines sont drôles, certaines sont tristes, certaines sont des chefs-d’œuvre. C’est plus ce côté là qui m’a influencé que le côté commercial de Hank Williams.

HD : Comment célébrez-vous le nouvel an car votre père est décédé durant le passage à une nouvelle année ?

JT : La date officielle de sa mort est le 1 janvier 1953 mais nous ne savons pas si il est mort avant minuit ou après, et je suis née 5 jours après.

Habituellement je vais au Grand Ole Opry, à une date la plus proche possible du nouvel an. En général le réveillon est calme mais un jour nous avons eu une très grande fête, nous sommes allés à l’extérieur, le champagne à la main, nous avons fait un toast et tout le monde a dit « I Saw The Light At Midnight » pour honorer sa mémoire.

HD : Quel est votre chanson préférée sur votre dernier album «  You Are On My Lonely Mind ». ?

JT : C’est « A Dozen Red Roses ».Mon père est mort avant ma naissance mais il avait signé les papiers légaux disant :  « Je suis ton père et je te veux ».Cette chanson, C’est l’histoire d’une fille le jour de son mariage, elle est prête et une douzaine de roses apparaît avec une carte. Elle ne sait pas si elle doit l’ouvrir et la lire ou si elle doit aller se marier. Mais elle ne peut pas résister, elle ouvre la carte qui venait de son père décédé, il savait qu’il allait mourir alors il a écrit une carte en disant à sa mère de lui envoyer une douzaine de roses le jour de son mariage. La carte disait : « Prends juste une de ces roses et je serais toujours avec toi ».

HD : Vous avez tourné en Europe, que pensez-vous de la musique country sur ce continent ?

JT : J’adore la musique country en Europe et j’adore les gens qui adore la musique country. C’est la meilleure exportation que l’Amérique possède .Là bas c’est plus la musique traditionnelle, ce n’est pas la musique country d’aujourd’hui. Je pensais que l’Europe était derrière les US mais ce n’est pas du tout le cas. L’Europe est juste là avec nous. Ils ont la TV par câble, CMT mais ils veulent entendre Hank Williams, Patsy Cline et ils les connaissent. Les gens sortent pour écouter de la musique et avoir du bon temps, c’est partout la même chose.

HD : Pensez-vous retourner en Europe ?

JT : Oui, nous espérons retourner en Norvège et au Danemark.

HD : Que préférez-vous dans votre métier ?

JT : Ce que j’aime le plus c’est rencontrer les gens, que ce soit aux US, au Japon ou en Europe. Je rencontre des amis proches. Surtout avec Internet, c’est super pour communiquer, s’envoyer des mails et rester en contact. J’adore visiter des endroits comme Carcassonne en France tout en ayant la possibilité de chanter.

HD : Que signifie le mot « Country » pour vous ?

JT : « Country » signifie « Vrai ». C’est l’amour vrai, la vraie vie, le vraie souffrance. C’est être vrai.

HD : Quel a été votre concert préféré jusqu’à maintenant ?

JT : La première fois où je me suis produite au Grand Ole Opry, en 1993. Pour moi la musique country, c’est de voir arriver George Jones et Willie Nelson pour me dire que mon père était leur héros. J’ai chanté « Cole Mine Daughters » avec Loretta Lynn. Avoir la possibilité de fouler cette scène, c’est un souvenir country pour moi.

HD : Si vous pouvez rencontrer votre père, que voudriez-vous lui dire ?

JT : Je t’aime, simplement je t’aime. Et aussi j’aimerais le remercier pour ce qu’il a fait. Il l’a fait pour un enfant qui n’était pas encore né, peu importait si c’était un garçon ou une fille. Il a dit, c’est mon bébé et je veux mon bébé et il a signé les papiers légaux. Nous avons une connexion, il a fait quelque chose pour moi et je l’aime profondément.

HD : Qu’aimeriez vous faire avec lui ?

JT : Aller pêcher ! Nous pourrions chanter ensemble, chanter sur un bateau !. Je préfèrerais faire quelque chose de vrai avec lui.

HD : Quel est votre philosophie personnelle ?

JT : Donne tout ce que tu as et profite de la vie au maximum. Tu n’as qu’un seul essai, je ne veux rien manquer. Je ne veux pas devenir vieille, m’asseoir et dire « Si j’avais fait ceci ou cela ou j’aurais du … »

HD : Pensez vous qu’une chanson de votre père peut influencer le public ?

JT : Absolument. Peu importe qui tu es, je m’en moque si tu es français, américain, japonais, homme ou femme. Tu es un être humain, et ton cœur se brise comme le mien. La musique peut rendre les gens heureux, c’est un langage universel.

HD : Quel genre de public avez-vous ?

JT : J’ai les fans de Hank, de Jett, de la famille Williams. Je n’ai pas beaucoup de curieux comme j’avais l’habitude d’en avoir avant. J’ai un public familial.

HD : Qu’aimeriez-vous faire que vous n’aviez jamais fait ?

JT : Je ne sais pas car les petites choses sont aussi importantes que les grandes. Je suis très chanceuse et j’espère qu’il y a encore beaucoup de choses à faire.

Merci Jett

Interview et Traduction : Hélène Dagorn 

 

© 2000 - 2004 CountryStarsOnline.com - All Rights Reserved - Webmaster: Jim Weaver