Home  I CSO StoreContact 

CSO Radio - Reviews/Features - Indie Artist Spotlight - Interviews - Artist Sites - Links

An Interview with The Ranchhands
By CSO French Contributing Journalist, Hélène Dagorn.

Interviews en Francais 

MICKEY KENNEDY (Of The Ranchhands) January 2005

HD : Could you introduce yourself and could you tell me what you did before to be a part of the band The Ranchhands ?

MK : I am Mickey Kennedy from right outside Nashville, TN. I grew up on a cattle farm, I went to college (University of TN), I started to sing at about 9 years old, I did local things in church, county fairs, things like that. I did independently for a while when I went to college. I worked during the week and sang during the weekend in Tennessee, Kentucky, Alabama, then I decided to focus on college. I got my college degree, graduated in 96. I worked on retail for a long while as well as sing on the side.

I worked with a couple different bands, then I took a step back from music for a little while but I never lost the dream, the fascination of singing.

I am very blessed to meet Chris Tedesco a couple years ago, we met mutual friends. We worked together and now we have a great time.

HD : When did you realize you wanted to be a singer ?

MK : At a very young age, I always felt it, I got the click at about 14 or 15 years old. I have done a lot of jobs outside and I know this is what I wanted to do.

HD : It was your second tour in Europe this summer, did you notice some differences between last year and this year ?

MK : We traveled a lot of different places, we traveled more places this year. In 2003 we did 8 countries and this year we did 14 countries in 2 months. It was a lot more travel. Personally, I got to see a lot more, we saw different crowds. We had a good response and a wonderful time in every country we went to. It was amazing to see that the focus is on the music and people from all over the world do really love the music that we do. It’s not to make the best music out there but we strive to do good country music. It was not a band from Nashville or from New York, it was a band which produced good country music.

HD : Did you notice some differences between audiences in Europe ?

MK : Yes and no ! Primarily yes because of different cultures, the way how they responded. Somewhere they are a little more timid, but everybody was great.

HD : Could you talk about your US Tour ?

MK : It was my first tour with this group. This is something we wanted to do, back home and play, and we’ll continue to do it. We traveled trough 8 different states from August to December, it was great to see these people appreciated the music we are able to produce. I am blessed everyday to be with such great musicians who can pick up a guitar or a fiddle and play anything that they want to play.

The love of music is a common thread trough out the States like it was in Europe. In the States we saw more couple dances than in Europe. In Europe , it’s more line dancers but you’ll learn in a couple years!!! (laugh).

HD : What is the difference between European audience and American audience ?

MK : The audiences can be the same, may be the interpretation of the music is different. Audiences don’t like the same songs in Europe and in the US. In the US , it’s more of the TOP40 chart songs, and in Europe, it’s more traditional country music songs but you can do traditional country music in both places, if you updated the new sound of country and that’s what we do, it’s all about how you play it. We play traditional country music but with our original sound, with the Ranchhands style. We don’t want to sound like anybody else.

HD : You did the same songs in Europe and in The States ?

MK : Primarily we did and we added a lot of songs in the States, the TOP40 songs.

HD : What has been your favorite gig ?

MK : I don’t know if I can list one. Each one has a positive aspect on it.

HD : Do you prefer to play on big festivals or small clubs ?

MK : Honestly, it doesn’t matter to me. I enjoy different aspects of each one. I enjoy the intimacy of being in a club, to where everybody can feel a part of the crowd and I enjoy festivals with the great royal rush.

HD : What would your fans be most surprised to know about you ?

MK : Probably, that I am a shy person. I know a lot of people don’t believe that but out of stage I am a private person. On stage, the music gives me that energy to do.

HD : What would you like to do in your life that you have never done ?

MK : Lots of things! I think snow skiing or something adventurous. You know living in the south, we don’t get the snow! Probably next year, we have some dates in Colorado, Wyoming. I could break a leg! But with a broken leg I could sing !!!

HD : Which image do you have about country music in France or in Europe ?

MK : The popularity of country music has always been there and it’s growing each year we’ve been there. They still love the traditional values, the roots of country, but they go on on more mainstream, today’s country music.

HD : What do you think about country music you listen to on the radio ?

MK : I like it, not all of it but we don’t have to like all of it. In today’s country music, I respect every artist but I have my legends like George Jones, Merle Haggard, Dolly Parton, Loretta Lynn that I grew up listening to. They formed my own style. In today’s country music, there are so many great artists out there, it’s difficult to pick up just one. Keith Urban is very talented and he is doing so much for country music.

HD : What is your main goal now ?

MK : We’re taking a break but we’re working individually on new songs. Our focus is the same as one year and half ago. Next spring we’re going back out in the States, back out in Europe. Our focus is to continue to bring good country music and to improve on our sound, on what we do. And it’s what you can ask on any group right now. If you loose faith on what you want to do, if you concentrate on different avenues, you can loose what you have.

HD : Do you think to release another album ?

MK : We hope to, probably not in a near future, it’s a cost factor but we get some new stuffs to come. We had a great response with our CD in Europe as well as in America. We were very exited about that.

HD : What is your personal philosophy ?

MK : Be patient, and live life everyday. Focus on what you can do today to make a better tomorrow. Hope to see everybody soon.

Thank you Mickey

CHRIS TEDESCO ( Of The Ranchhands )

HD : Could you introduce yourself in a few words ?

CT : I am the bandleader and songwriter for The Ranchhands

HD : At what age did you decide to become a musician, and why the fiddle ?

CT : I started playing fiddle at the age of 7. My brother and sister (older) both played, and I wanted to be like them.

HD : Could you tell me the story behind the band " The Ranchhands"

how the band was born ?

CT : The band started as a writing project with myself and former bandmate Jamey Garner.

We made a 4 song demo, and it was very well received by many music industry people.

They encouraged us to create a band. Jamey did not stay with the project very long because he wanted to pursue a solo career. Jamey leaving turned out to be a blessing in disguise, because Mickey has added an energy and vocal style that shaped the sound and style of the band.

HD : How do you meet Mickey ? How was your first meeting ?

CT : Mickey and I met through a mutual friend named Stephanie. She was a bartender in NYC at a very big country music club called "Denim and Diamonds" (now closed).

I was playing with the house band at the club, and we became very good friends.

Stephanie then moved to Nashville, and became friends with Mickey. When Stephanie knew that I needed to replace Jamey, she introduced me to Mickey.

We met at a bar on Broadway in downtown Nashville, and hung out for most of the evening. He played me his demo CD, and we talked about the band. I was very confident after meeting Mickey and hearing him, that he would be the perfect fit, and he is!

HD : You write most of the songs, where does your inspiration come from ?

CT : Many sources, mostly past relationships, but also from growing up in a very small town. Most of the relationships ended up in heartache, but that makes for great writing material! As I started to write songs about "my" feelings and situations, I realized that my stories of heart break were similar to many, and putting emotions, feelings, and stories into songs that everyone could relate to became (and still is) a passion of mine. We’ve all felt the unbearable pain of losing love, or finding love that is not true. We’ve all shut our door and fell to our knees on the floor in a fit of sadness and uncontrollable tears over love. It’s human nature.

Music and lyrics has the ability to comfort people, and that is what a broken heart craves. It craves understanding, compassion, and ultimately healing. I’ve written many songs in this style, all truly from the heart. Then there are the times when love goes right. The best of times, the most uplifting feeling, the physical and emotional passion. These songs come from part personal experience, and part fantasy.

Last, I like to write about feelings and experiences from my childhood and growing up in a small town in upstate New York. Recently, I have been inspired to write more about this subject every time I go home to visit my parents. Everyone knows each other, everyone enjoys the good times, and suffers together through the hard times. It’s 4 hours north and west of New York City, and it feels like a world away.

HD : When you write, do you begin by lyrics or music ?

CT : It changes. Sometimes is comes together at the same time.

HD : What do you prefer in your business, singing, writing or performing ?

CT : Wow, I love them all. The combination is the key. Performing tends to be the culmination of everything else, so that’s probably my favorite. I remember this past summer at a festival in French Belgium where the first 10 rows of people were all fans, and were singing along with the songs as we were performing them. That is an incredible experience, and is an ultimate compliment.

HD : You went 3 times in Europe for a tour, how do you see the development of country music on this continent ?

CT : It’s growing in leaps and bounds. Each year it seems to draw more people. I’m also glad to see country music bands based in Europe having success. It seems the quality of festivals is getting better, and I hope that trend continues.

HD : Personally, what is the main difference between Europe and The States when you perform ?

CT : Sometimes there is not a big difference. First and foremost it is the language. Sometimes in Europe, we wish we spoke that native language better, so we could have more intelligent conversations with people at the concerts, or to better greet fans. There is a bit more line dancing in Europe than there is in the states (more couple dancing like two stepping and western swing here). We have had a lot of great support from line dance groups in Europe, and have met some great people and fans, so no complaints either way!

HD : You met a great a success during your tours on both continents, How do you feel about that, Does that change something in your everyday life ?

CT : This has been a big year for us. Our success in the states has resulted in many great opportunities. It has made booking our summer Europe tour harder, because I have not had the time to work on it as much as I have in past years. Our booking agent here in the states has kept us very busy! We will come to Europe this summer, but not sure for how long. We are still waiting to hear back from several festivals.

For our everyday life, it just means that we are much busier, and the schedule is more intense. We don’t get to be home as much!

HD : How do you describe the Ranchhands style ?

CT : New, energetic country music. We want to move your heart and feet!

HD : Do you have a secret to have so much energy, in every situation, even after an international flight?

CT : I guess it is in our personality. No secret, just a lot of passion and a thankful feeling that we have so much support in many countries.

HD : We feel a really strong connection between you, what do you like the most when you are on stage?

CT : Smiles smiles smiles! Watching people have a good time at our concerts.

HD : You were nominated at the French Music Awards 2004 as "the international musician of the year" by the French audience, Keith Urban won. What do you think about that ?

CT : It was a great honor to be nominated for the award. A real surprise to be recognized. That alone was award enough. Keith Urban is an outstanding musician and songwriter. He is very deserving of the award. The Ranchhands will have the opportunity to perform with Keith this summer at a big festival in Nebraska. If I get a chance, I’ll ask him about the award and introduce myself as one of the other nominees.

HD : What are your musical influences?

CT : Mark O’Connor (fiddle player), John Cougar Melloncamp, Johnny Cash, Tim McGraw, Journey, Stephane Grappelli...

HD : If you could meet anyone, dead or alive, and ask them a question, who would it be? And which question would you ask?

CT : I would like to meet Amadeus Mozart. I would have so many questions I wouldn’t know where to start.

HD : What would your fans be most surprised to know about you?

CT : Despite my height, I am a very good basketball player.

HD : What would you like to do in your life that you have never done?

CT : Visit all 7 continents (I’ve only been to two).

HD : How do you see the future of the Ranchhands?

CT : Very bright! We will continue to work hard and smart, and do what we love.

HD : What is your personal philosophy?

CT : Appreciate life and the ones you love.

The Ranchhands will be back on tour in March in the Midwest, West and Southwest of USA and also on tour in Europe this summer. Check their website : www.theranchhands.com and http://theranchhands.free.fr and listen to their new album Back Home.

Hélène Dagorn - helene.dagorn@club-internet.fr 


Mickey Kennedy Interview en Francais

HD : Peux-tu te présenter en quelques mots et nous dire ce que tu as fait avant de faire partie du groupe The Ranchhands ?

MK : Je m’appelle Mickey Kennedy, je viens de Clarksville, au Nord-Ouest de Nashville, Tennessee ; J’ai grandi dans une ferme, puis je suis allé à l’Université du Tennessee. J’ai commencé à chanter à l’âge de 9 ans puis j’ai chanté dans les églises, les fêtes locales, des choses comme ça. Pendant l’université j’ai fait quelques petites choses aussi à titre individuel, je travaillais la semaine et je chantais le week-end au Tennessee, Kentucky, Alabama. Et puis j’ai décidé de me consacrer plus sérieusement aux études, j’ai eu mon diplôme en 1996, j’ai travaillé dans le commercial pendant un long moment tout en continuant à chanter. J’ai travaillé avec quelques groupes puis j’ai pris du recul par rapport à la musique, j’ai acheté une maison, mais je n’ai jamais perdu de vue le rêve, la fascination que j’avais de chanter. Je suis très chanceux d’avoir rencontré Chris il y a 2 ans environ, nous avons des amis communs. Nous travaillons bien et nous passons de bons moments ensemble.

HD : A quel âge as-tu réalisé que tu voulais devenir artiste ?

MK : Oh, très jeune, je l’ai toujours senti en fait. Je pense que le déclic s’est fait à 14 ou 15 ans. J’ai travaillé dans différents milieux et je sais que c’est ce que je voulais faire depuis toujours.

HD : C’était ta deuxième tournée en Europe, as-tu noté des différences à titre personnel ?

MK : Nous avons beaucoup plus voyagé. En 2003, nous somme allés dans 8 pays et cette année nous sommes allés dans 14 pays, c’était beaucoup plus de voyages. Personnellement, j’ai pu voir beaucoup plus de pays, beaucoup plus de publics. Nous avons toujours eu un bon accueil, dans tous les pays. C’était surprenant de voir que l’intérêt principal était la musique. Les gens aiment la musique que nous jouons. On se concentre là-dessus, ce n’est pas pour faire la meilleure musique entre toutes, nous essayons de faire de la bonne musique country. Ce n’était pas un groupe de Nashville ou de New York, c’était un groupe qui produisait de la bonne musique country.

HD : As-tu noté des différences entre les publics en Europe ?

MK : Oui et non ! Oui par rapport aux différences de culture, à la manière dont ils se manifestent. Certains sont plus timides, mais tous les publics étaient accueillants.

HD : Peux-tu nous parler de la tournée aux USA ?

MK : C’était ma première tournée avec ce groupe. C’était quelque chose que nous voulions faire, retourner à la maison et jouer notre musique, et nous continuerons à le faire. Après la tournée européenne, nous sommes allés au Kansas, Missouri, nous avons traversé 8 états du mois d’août au mois de décembre. C’était super de voir ces personnes apprécier la musique que nous produisons. Je suis béni d’être avec des musiciens si talentueux, ils peuvent prendre une guitare, un violon, une batterie et jouer toutes sortes de musique. L’amour de la musique est un intérêt commun que ce soit en Europe ou aux USA. Aux States, nous avons plus de danseurs en couple et en Europe plus de danseurs en ligne, mais vous allez apprendre (rires) !!!

HD : Quelle est la différence entre le public européen et le public américain ?

MK : Les publics peuvent être les mêmes, l’interprétation de la musique est différente. Les publics n’aiment pas les mêmes chansons. Aux USA, ils préfèrent les chansons qui sont classées dans les charts, le TOP 40. En Europe, c’est plus traditionnel, c’est la musique country classique mais on peut faire de la country traditionnelle de partout, tout est dans la manière de la jouer. Il faut rajouter un nouveau son country et c’est ce que nous faisons. Nous jouons de la musique country traditionnelle mais avec notre son original, le style Ranchhands.

HD : Vous chantez les mêmes chansons sur les 2 continents ?

MK : Au début oui, puis nous avons rajouté beaucoup de chansons aux USA, les chansons du TOP 40.

HD : Quel est ton concert préféré jusqu’à maintenant ?

MK : Je ne pense pas que je puisse en nommer un, chacun a un aspect positif ?

HD : Préfères-tu jouer dans des petits clubs ou dans des festivals ?

MK : Honnêtement, cela m’importe peu. J’apprécie les différents aspects de chacun. J’apprécie l’intimité d’être dans un petit club, où on peut se sentir faire partie du public, et puis il y les festivals où il y a plus de monde, plus d’énergie.

HD : Qu’est ce que les fans seraient le plus surpris d’apprendre à ton sujet ?

MK : Certainement que je suis quelqu’un de timide. Je sais que beaucoup de monde ne me croie pas lorsque je dis cela mais en dehors de la scène je suis très calme. Sur scène, la musique me donne l’énergie nécessaire.

HD : Qu’aimerais-tu faire que tu n’as encore jamais fait ?

MK : Oh, beaucoup de choses. J’aimerais faire du ski, ou quelque chose d’aventureux. Tu sais, nous n’avons pas beaucoup de neige à Nashville ! J’en ferai certainement cette année, au Colorado ou au Wyoming, nous avons quelques dates de prévues là-bas. Je pourrais me casser une jambe ! (rires) mais je peux chanter avec une jambe cassée.

HD : Quelle image as-tu de la musique country en France et en Europe ?

MK : Je pense que la popularité de cette musique a toujours été présente, et cela prend de l’ampleur, chaque année davantage. Ils aiment les valeurs traditionnelles mais ils avancent et apprennent à connaître la musique country d’aujourd’hui.

HD : Que penses-tu de la musique country qui passe sur les radios américaines en ce moment ?

MK : Oh, j’aime bien, pas tout bien sûr mais je respecte tous les artistes. Mais j’ai mes légendes, Georges Jones, Merle Haggard, Dolly Parton, Loretta Lynn, j’ai grandi en les écoutant. Dans la musique country d’aujourd’hui, il y a tellement de grands artistes, Keith Urban est un grand artiste et il fait beaucoup pour la musique country.

HD : Quel est ton but principal maintenant ?

MK : Nous faisons un break en ce moment jusqu’au mois de mars, mais nous travaillons individuellement sur de nouvelles chansons. Le printemps prochain nous retournerons sur les routes américaines et européennes. Notre but est de continuer d’apporter de la bonne musique, d’améliorer notre son. Si tu perds la foie dans ce que tu fais, si tu te disperses trop, tu peux perdre ce que tu as.

HD : Pensez-vous sortir un autre album ?

MK : Nous espérons, mais pas dans un avenir proche, c’est une question d’argent. Notre dernier album a eu un très bon accueil sur les deux continents, nous étions très heureux.

HD : Quelles est ta philosophie personnelle ?

MK : Sois patient, vis ta vie un jour après l’autre. Concentre toi sur ce que tu peux faire aujourd’hui pour avoir un lendemain meilleur. J’espère vous revoir très bientôt, merci beaucoup.

CHRIS TEDESCO ( Of The Ranchhands )

HD : Peux tu te présenter en quelques mots ?

CT : Je suis le leader du groupe et l’auteur compositeur des Ranchhands.

HD : A quel âge as-tu décidé de devenir musicien et pourquoi le violon ?

CT : J’ai commencé à jouer du violon à l’âge de 7 ans Mon frère et ma sœur aînés jouaient du violon et je voulais faire comme eux.

HD : Peux-tu me raconter l’histoire des Ranchhands, comment le groupe est-il né ?

CT : Le groupe est né grâce à un projet d’écriture. Jamey Garner, ancien membre du groupe et moi même avions fait 4 chansons en démo et cela a été très bien accueilli par les gens de l’industrie musicale. Ils nous ont encouragé à créer un groupe. Jamey n’est pas resté très longtemps car il voulait poursuivre une carrière solo. Le départ de Jamey fut en fait une bénédiction déguisée car Mickey a ajouté une énergie et un style vocal qui façonne le son et le style du groupe.

HD : Comment as-tu rencontré Mickey, raconte nous votre première rencontre ?

CT : Nous nous sommes rencontrés avec Mickey grâce à une amie commune qui s’appelle Stephanie. Elle travaillait dans un très grand club de musique country à New York City « Denim and Diamonds » qui est maintenant fermé. Je jouais avec le groupe de ce club et nous sommes devenus très bons amis. Stéphanie s’est installé à Nashville et elle devenue amie avec Mickey. Quand Stephanie apprit que j’avais besoin de remplacer Jamey, elle m ‘a présenté Mickey. Nous nous sommes rencontrés dans un bar sur Broadway à Nashville et nous avons passé la soirée ensemble. Il m’a joué son CD de démo et nous avons parlé du groupe. J’étais sûr après avoir rencontré Mickey qu’il était la personne qu’il fallait au groupe et il l’est !

HD : Tu écris la plupart des chansons, d’ou te vient l’inspiration ?

CT : De différentes sources. La plupart viennent de relations passées mais aussi d’avoir grandi dans une petite ville. La plupart des relations se terminent avec des peines de cœur, mais c’est une bonne source d’inspiration pour écrire !

Comme je commençais à écrire des chansons concernant mes sentiments et ma situation, je me suis aperçu que mes histoires de cœurs brisés ressemblaient à celles des autres.

Mettre des émotions, des sentiments et des histoires dans des chansons où tout le monde peut se reconnaître est devenu une passion pour moi, ça l’est toujours.

Nous avons tous ressenti cette peine insupportable de perdre un amour, ou de trouver un amour qui n’est pas vrai. Nous avons tous fermé notre porte pour tomber à genoux de tristesse pleurant sur notre amour. C’est la nature humaine.

La musique et les paroles ont la capacité de réconforter les gens et c’est ce qu’un cœur brisé réclame. Cela demande de la compréhension, de la compassion et finalement la guérison. J’ai écrit beaucoup de chansons de ce style, toutes qui viennent du cœur. Et puis il y a des moments où tout va bien. Le meilleur des moments, quand l’amour vous transporte, la passion physique et émotionnelle. Ces chansons viennent à la fois d’expérience personnelle et de l’imagination.

J’aime aussi écrire sur les sentiments et les expériences de l’enfance, mon enfance passée dans une petite ville au nord de New York. Dernièrement j’ai plus écrit à ce sujet, à chaque fois que je retournais voir mes parents. Tout le monde se connaît, apprécie les bons moments ensemble, souffre ensemble quand les temps sont plus durs. C’est à 4 heures au Nord Ouest de New York City et j’ai l’impression que c’est un autre monde.

HD : Quand tu écris, commences-tu par les paroles ou la musique ?

CT : Cela dépend, des fois cela vient en même temps.

HD : Que préfères-tu : chanter, écrire ou être sur scène ?

CT : Wow ! J’aime tout. La combinaison de tout cela est la clef. Etre sur scène semble être le point culminant de tout cela et c’est probablement ce que je préfère.

Je me rappelle cet été en Belgique où les 10 premiers rangs n’étaient que des fans et ont chanté toutes les chansons que nous interprétions. C’est une expérience incroyable, c’est un compliment ultime.

HD : Vous êtes venus trois fois en tournée européenne, comment vois-tu l’évolution de la musique country sur ce continent ?

CT : Cela évolue à pas de géant. Chaque année il y a plus de monde. Je suis heureux de voir que des groupes européens de musique country ont aussi du succès. Il semble que la qualité des festivals s’améliorent et j’espère que cette tendance va continuer.

HD : Pour toi, quelle est la principale différence entre l’Europe et les USA quand vous êtes sur scène ?

CT : Quelquefois il n’y a pas une grande différence. Tout d’abord c’est la langue. En Europe nous aimerions parlé la langue du pays, de cette manière nous pourrions avoir des conversations plus intelligentes avec les gens après les concerts, ou pour mieux saluer les fans.

Il y a plus de danse en ligne en Europe qu’aux USA ( et plus de danse en couple aux USA). Nous avons reçu un très grand support des clubs de line dance en Europe, nous avons rencontré des gens super et des fans, alors nous n’avons pas à nous plaindre !

HD : Vous avez rencontré beaucoup de succès durant vos deux tournées sur les deux continents, quels sont vos sentiments à ce sujet là ? Est ce que cela change votre vie de tous les jours ?

CT : C’était une grande année pour nous. Notre succès aux USA nous a offert de grandes opportunités. Préparer notre tournée européenne pour l’été prochain va être très difficile parce que je n’ai pas eu le temps nécessaire pour la préparer comme je l’avais fait les années précédentes. Notre agent américain nous fait beaucoup travailler ! Nous viendrons en Europe cet été mais nous ne savon pas combien de temps. Nous attendons encore des réponses de quelques festivals.

Concernant notre vie de tous les jours, nous sommes plus occupés, notre emploi du temps est plus intense et nous ne sommes pas souvent à la maison !

HD : Comment définis-tu le style « Ranchhands » ?

CT : De la musique Country énergique et nouvelle. Nous voulons bouger notre cœur et nos pieds !

HD : Avez-vous un secret pour avoir autant d ‘énergie dans n’importe quelle situation, même après un vol transatlantique ?

CT : Je pense que c’est dans notre personnalité. Il n’y a pas de secret, juste beaucoup de passion et un sentiment de reconnaissance car nous sommes encouragés dans beaucoup de pays.

HD : Nous pouvons sentir une vraie osmose entre vous sur scène, qu’est ce qui vous plaît le plus ?

CT : Sourire, sourire, sourire ! Regarder les gens s’amuser à nos concerts.

HD : Tu as été nominé aux French Country Music Award 2004 comme « musicien international » de l’année par le public français, Keith Urban a gagné. Quel est ton sentiment ?

CT : C’était une grand honneur d’être nominé pour cet award. Une réelle surprise d’être reconnu, c’était déjà une récompense pour moi. Keith Urban est un incroyable musicien et compositeur, il méritait cet award. Les Ranchhands auront l’opportunité de se produire avec Keith Urban cet été dans un grand festival au Nébraska. Si je peux, je lui parlerai de cet award et je me présenterai en tant qu’autre nominé.

HD : Quelles sont tes influences musicales ?

CT : Mark O’Connor (violoniste), John Cougar Melloncamp, Johnny Cash, Tim McGraw, Journey, Stephane Grapelli.

HD : Si tu pouvais rencontrer quelqu’un vivant ou mort, et lui poser une question, qui serait-il et quelle question lui poserais-tu ?

CT : J’aimerais rencontrer Amadeus Mozart. J’aurais tellement de questions, je ne saurais pas par où commencer !

HD : Qu’est ce que les fans seraient le plus surpris d’apprendre à ton sujet ?

CT : Malgré ma taille je suis un très bon joueur de basket

HD : Qu’aimerais-tu faire que tu n’as jamais fait ?

CT :Visiter les 5 continents, je n’en ai visité que deux.

HD : Comment vois-tu le futur des Ranchhands ?

CT :  Très brillant ! Nous continuerons à travailler dur et intelligemment, à faire ce que nous aimons.

HD : Quelles est ta philosophie personnelle ?

CT : Apprécier la vie et ceux qui nous sont chers.

Interview et Traduction : Hélène Dagorn - helene.dagorn@club-internet.fr 

 

© 2000 - 2004 CountryStarsOnline.com - All Rights Reserved - Webmaster: Jim Weaver